AMAF-Suisse

2001

Création de l’association « Les Amis de l’Afrique » en sigle AMAF, engagée dans la promotion de l’intégration des Migrant-e-s vivant en Suisse.

2004

AMAF-Suisse rend ses activités visibles en s’installant dans la commune de Courtepin. La mise sur pied d’un Centre d’accueil au coeur de la commune favorise les rencontres et échanges entre Migrant-e-s et autochtones et permet de vaincre la peur de l’inconnu afin de cohabiter harmonieusement. Au sein de cette structure, les Migrant-e-s sont écoutés, informés et orientés dans leurs démarches de la vie quotidienne.

Grâce au précieux soutien de la Confédération (ODM), divers projets ponctuels ont permis à l’AMAF d’atteindre ses objectifs en touchant le public cible visé.

À travers ses diverses activités, l’association a su pointer du doigt un obstacle primordial à l’intégration : la méconnaissance de la langue du pays d’accueil. AMAF devient alors une association de proximité et de relais pour l’intégration des Migrant-e-s.

2007

AMAF-Suisse participe à un concours organisé par le Contakt Culturel Migros dont elle sortira lauréate 2 ans d’affilés. La même année, elle obtient le soutien de la Loterie Romande qui lui permettra de développer ses activités socio-culturelles au sein de la Commune de Courtepin. 

Naissent ainsi les cours de langue ordinaires, dispensés 2x/semaine et destinés à une population faiblement scolarisée.

2008

Les cours ordinaires sont reconnus par le Canton de Fribourg, précisément par le Département de la Santé et des affaires sociales (DSAS), puis par la Commune de Courtepin. Le bouche à oreille faisant son effet, des mères arrivées par regroupement familial, des pères de famille travaillant dans le monde ouvrier mais aussi des jeunes et des seniors rejoignent la salle de classe mise à disposition au sein du Centre d’accueil.

2009

Suite à la demande grandissante et aux besoins réels ressentis par les Migrant-e-s, AMAF-Suisse lance son premier projet pilote : « Alphabétisation sociale, pour une cohabitation commune ».

Le Département Justice et Police subventionne alors les cours de langue en assurant ponctuellement les salaires des formateurs.

La même année, le DSAS valide les cours intensifs d’alphabétisation sociale dans le cadre de la mesure d’intégration sociale (MIS). Cette décision permet à l’association d’accueillir un plus grand nombre de Migrant-e-s de toutes origines ne parlant aucun mot d’une des langues nationale du pays d’accueil.

2010

Les possibilités d’accueil de d’AMAF-Suisse s’élargissent avec le déménagement de ses locaux en ville de Fribourg. En s’installant à la rue de la Fonderie, de nouvelles structures d’accueil telles que des salles de classes adaptées, des espaces de rencontre et d’échange ou encore une garderie interne répondant aux besoins réels des Migrant-e-s voient le jour.

Des ateliers de cuisine mais aussi des cours de conversation motivent les mères au foyer à pratiquer le français ou l’allemand. En outre, une garderie interne est mise à disposition des parents n’ayant aucun moyen de garde afin de leur permettre de bénéficier pleinement des mesures d’intégration proposées par l’AMAF.

Depuis…

La qualification des formateurs d’adultes étant primordiale, AMAF-Suisse forme et encadre ses formateurs afin qu’ils proposent des cours adaptés au public hétérogène et faiblement voire pas scolarisé.

Une quarantaine de bénévoles se succèdent afin que les activités de l’AMAF continuent de se développer.

En 16 ans, plus de 10’000 Migrant-e-s de plus de 100 nationalités ont bénéficié des prestations proposés par AMAF-Suisse/CCPIM.